Liste des espèces préconisées


Il y a 70 fiche(s) correspondante(s) à vos filtres .

Ananas de Courtrai

Chair blanche, fine, fondante, sucrée avec un léger arôme. Variété rustique très précoce à entre-cueillir et à consommer rapidement. La récolte se réalise en fin août.

Aubépine à un style

L'Aubépine monogyne est un arbrisseau hermaphrodite pouvant mesurer de 4 à 10 m. Sa longévité peut atteindre 500 ans (record de 1 700 ans en Mayenne). Son feuillage est caducifolié. L'arbuste fleurit au printemps, il est pollinisé par les insectes (pollinisation entomogame).
C'est une espèce pionnière dont les drupes rouges sont dispersées par les oiseaux.
L'espèce est sensible au feu bactérien.
Utilisée comme plante ornementale (nombreux cultivars), et pour la constitution de haies vives, c'est aussi un porte-greffe du Néflier et des Poiriers.

C'est une espèce héliophile ou de demi-ombre croissant sur des sols assez sec à frais, dont le pH est basique, neutre ou acide. L'Aubépine monogyne est donc une espèce à très large amplitude.

Écologie : Haies et bois, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Presque toute l'Europe ; Asie occidentale jusqu'à l'Inde ; Afrique septentrionale.
Floraison : Avril-juin
Fructification : septembre-octobre

Aulne glutineux

L'aulne glutineux possède un port conique et son écorce est d'un brun noir et crevassée.
Ses feuilles sont ovales et tronquées au sommet (comme découpées d'un coup de ciseau). La face supérieure est verte foncée, luisante et gluante tandis que la face intérieure est mâte avec des touffes de poils à l'angle des nervures.
Les rameaux sont fins, souples puis en vieillissant, ils se couvrent de lenticelles. Les bourgeons sont violets, gluants et retirés du rameau.
Il possède des chatons mâles et femelles. Les chatons mâles sont d'une longueur oscillant de 6 à 10 cm et les chatons femelles sont petits et globuleux. Les fruits (strobiles) sont en forme de cône vert devenant brun et ils sont globuleux d'un centimètre de diamètre .

Tempérament héliophile.
Exigences hydriques : humide à très humide.
Exigences trophiques : sol moyennement acide à neutre malgré une préférence pour les sols acides.

On trouve cette espèce à l'étage collinéen jusqu'à l'étage montagnard (1200 mètres). C'est l'espèce d'aulne qui supporte le mieux l'eau stagnante et les sols lourds. L'aulne glutineux souffre très vite de la sécheresse contrairement à son voisin, l'aulne vert plus tolérant aux sols secs généralement, cet arbre se trouve sur les ripisylves car il apprécie les sols constamment humides.

C'est une espèce à tendance pionnière qui supporte mal la concurrence et à tendance à disparaitre lorsque d'autres essences s'installent.

Écologie : Bois humides, bords des eaux, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Europe ; Asie tempérée ; Afrique septentrionale.
Floraison : février-avril
Fructification : septembre-octobre

Belle de Thuin

Très grosse prune allongée, vert-jaune, ovale, mi-août à fin août, très juteuse, très bonne qualité pour la table.

Belle fleur double

Très ancienne variété cultivée en haute-tige dans les prés-vergers du Nord de la France, en Picardie et en Belgique. C’est une variété d’amateur intéressante, de bonne qualité gustative pour plusieurs usages et de bon comportement en verger. En haute-tige, elle possède une qualité gustative de premier plan. La récolte se réalise en fin septembre.

Beurré Dilly

Sa chair est blanchâtre, très légèrement verdâtre, bien fine, bien fondante, très juteuse, bien sucrée, très agréablement acidulée. La récolte se réalise en début octobre.

Beurré Lebrun

Poire très sucrée, parfumée et musquée. A conduire en formes basses (arbres de jardins, formes palissées). La récolte se réalise en fin septembre.

Bigarreau Ghijsens

Le cerisier bigarreau donne de belles cerises sucrées
fermes et charnues et une production des plus abondantes.

Bigarreau Helshoven

Cette variété rustique, de type pleureur et de vigueur
moyenne, n’exige qu’une taille facile de simplification
au cours des ans pour assurer une production régulière.
Les fruits, agréablement sucrés, moyennement
fermes, peu sensibles à l’éclatement et aux pourritures,
mais d’un calibre réduit, combleront l’amateur
de cerises en début juillet.

Bouleau verruqueux

Le bouleau verruqueux ou bouleau blanc (Betula pendula, syn. B. verrucosa), ou encore bouleau d'Europe, mais aussi bouleau blanc d'Europe est un arbre pouvant atteindre 25 mètres de hauteur. Originaire d'Europe et d'Asie, c'est un arbre très rustique et qui a besoin de lumière. Il aime les sols secs à frais, siliceux de préférence. Les sols acides à alcalins ne le dérangent pas outre mesure. C'est une essence pionnière, colonisatrice et très adaptable. Il résiste parfaitement aux embruns.
Il peut être utilisé en isolé, en alignement, bosquet, etc.

Ses graines légères sont facilement soufflées par le vent et c'est une espèce pionnière, l'un des premiers arbres à pousser sur terre nue ou après un feu de forêt. Il a besoin de beaucoup de lumière et s'adapte le mieux aux sols secs et acides et se trouve sur les landes, les flancs des montagnes et les rochers. Sa tolérance à la pollution le rend apte à être planté dans les zones industrielles et les sites exposés.

Écologie : Bois montagneux, dans une grande partie de la France ; nul dans la région méditerranéenne ; Corse.
Répartition : Europe, surtout centrale ; Asie tempérée.
Floraison : Avril-mai
Fructification : juin-août

Bourdaine

La Bourdaine ou Bourgène (Frangula alnus) est un arbuste de la famille des Rhamnacées qui pousse en milieu généralement très humide et dont l'écorce est utilisée comme purgatif.

C'est un arbrisseau haut de 1 à 5 mètres.

L'écorce se dédouble facilement : l'externe est brun-noir, l'interne est verte. De nombreuses lenticelles grisâtres et allongées sont apparentes en surface ; l'écorce exhale une odeur forte et désagréable.
Les tiges sont élancées, les rameaux sont alternes.
Les feuilles sont alternes, abovales, apiculées, à bords lisses, glabres, à 7-9 paires de nervures arquées courtement pétiolées, et vert brillant au-dessus3.
Les fleurs, petites et verdâtres et dont la floraison s'étale d'avril à juillet, donnent des fruits globuleux d'abord verts puis rouges et enfin noirs à maturité. Ils sont alors frais, juteux, un peu sucrés mais toxiques.

Écologie : Haies et bois, dans presque toute la France.

Répartition : Europe, surtout centrale et boréale ; Asie occidentale.
On trouve la Bourdaine soit sur des terrains humides et acides, soit sur des terrains secs et calcaires (écotype, dans les sous-bois, les clairières, en lisières forestières, en plaine et en montagne. Elle est répandue dans toute l'Europe sauf l'extrême nord et la région méditerranéenne.

Floraison : avril-juillet
Fructification : août

Usages Bois le plus estimé pour la fabrication du charbon destiné aux poudreries.

Bronzée d'Enghien

Cabarette (Pr Van Dievoet)

D’abord cantonnée aux Flandres, elle s’est rapidement répandue dans toute la région. Très intéressante aussi bien en haute-tige qu’en basse-tige. Rustique, de très bonne conservation. La pomme est croquante, juteuse et fortement acidulée, rappelant parfois le goût du citron. La récolte se réalise fin octobre.

Calebasse d’été

Une poire que connaissent bien nos grand-parents. Poire à cuire, elle est très ferme et acidulée. Elle est également recommandée pour la mise au vin et au vinaigre.

Cassisier

le cassissier, cassis, groseillier noir ou encore gadellier noir, est un arbuste de la famille des grossulariacées cultivé pour ses baies noires riches en fibres et vitamine C, les cassis, rarement utilisés en fruits de table mais entrant dans la composition de liqueurs ou confitures. Les bourgeons produisent une essence utilisée dans la parfumerie.

Le cassissier se plaît dans les terres profondes, argileuses, humifères, neutres à acides. L'exposition idéale est une insolation moyenne. La multiplication se pratique habituellement par bouturage.

Charme

Le charme commun est un arbre mesurant jusqu'à 20 m de haut environ, au tronc droit mais de forme cannelée assez caractéristique, à l'écorce lisse grisâtre. On le distingue facilement en forêt par son tronc cannelé, comme formé de muscles longs et légèrement sinueux.

espèce ayant besoin d'étés chauds pour la maturation des graines;
espèce de demi-ombre ou d'ombre ;
humus : mull légèrement carbonaté à mull-moder (optimum en mull eutrophe ou mésotrophe) ; sols à richesse minérale variable (optimum sur sols riches) ; pH basique à moyennement acide ;
minéraux variés : alluvions, argiles de décarbonatation, agiles, limons ; espèce exclue des sols carbonatés non argileux et des sols trop désaturés ;
sols secs et frais (optimum sur sols profonds) ;
caractère indicateur : neutrocline à large amplitude.

Essence soleil ou demi-ombre. Il donne aussi une ombre épaisse. Préfère les sols argileux et redoute les sols acides. Tolère le calcaire. On le trouve sur les sols secs à frais et de richesse minérale variable.
Préfère un climat continental, résistant au froid et à la chaleur. On le trouve surtout dans l'est de la France, il se raréfie dans l'ouest1.
Croissance lente, environ 10 m en 20 ans.
C'est une essence sociale. Il est peu utilisé en sylviculture en raison de la lenteur de sa croissance 2..
Essence qui rejette vigoureusement de souche, très présente dans les taillis ; représente environ 6 % des arbres forestiers en France.
On le trouve souvent associé au sapin. Il croît lentement en régime de futaie mais soumis au régime de taillis, il pousse vigoureusement jusqu'à 20 à 30 ans.
En taillis sous-futaie, il est bénéfique au chêne par la protection du sol, par la qualité de l'humus qu'il produit, et par l'élagage naturel qu'il favorise 1 .
Il est particulièrement résistant aux parasites et maladies habituels 3
On le multiplie par semis.

Écologie : Bois et taillis, dans une grande partie de la France ; nul dans les Cévennes et la région méditerranéenne.
Répartition : Europe, surtout centrale ; Asie occidentale.
Floraison : avril-mai
Fructification : septembre-octobre
Usages : Bois très dur, excellent combustible ; sert à faire des berceaux et allées couvertes appelées charmilles.

Châtaignier

Le châtaignier est un arbre majestueux à cime large bien branchue et à croissance rapide. Il peut mesurer 25 à 35 m de haut et 4 mètres de diamètre. Il a une grande longévité et peut dépasser le millénaire.

Il est assez rustique face au froid hivernal mais il supporte mal les gelées tardives, car le débourrement des bourgeons au printemps est précoce, d'où sa rareté sous les climats à continentalité marquée. Il s'est donc surtout développé dans les climats doux et humides d'Europe de l'Ouest. Sous climat océanique il demande au moins 700 mm de précipitations par an pour produire convenablement, ainsi même dans le quart nord-ouest de la France il peut souffrir localement d'un climat trop sec. Du fait de ses origines para-méditerranéennes il peut supporter des sécheresses estivales, à condition que le cumul annuel des précipitations soit élevé pour que les réserves en eau du sol soient suffisantes. Dans les régions méditerranéennes il se développe surtout sur les reliefs qui reçoivent beaucoup de pluie, comme c'est le cas dans les Cévennes en France.

Dans certaines régions d'Europe, le châtaignier, surnommé "le pain du pauvre"14, a longtemps joué un rôle prépondérant dans l'alimentation humaine.
En France, mêmes les feuilles sont recherchées pour parfumer et emballer le fromage de chèvre comme le banon et le mothais sur feuille.
Les abeilles tirent du châtaignier un miel foncé et de goût prononcé.

Écologie : Bois des basses montagnes siliceuses, dans presque toute la France et en Corse.
Répartition : Europe méridionale ; Asie tempérée ; Afrique et Amérique septentrionales.
Floraison j:uin-juillet
Fructification : octobre
Usages : Communément cultivé pour ses fruits, dont les usages sont si connus, et pour son bois, très employé en menuiserie et surtout en tonnellerie.

Chêne pédonculé

C'est un grand arbre de 25 à 35 mètres de haut environ qui peut dépasser les 40 mètres. Sa longévité atteint facilement 500 ans, mais des arbres ayant de 700 à 1200 ans peuvent exister2.

Il a une silhouette caractéristique avec sa cime en dôme ample, un houppier irrégulier en raison des grosses branches horizontales noueuses, et un feuillage réparti en amas denses entrecoupés d'éclaircies1. L'écorce grise, est lisse et brillante chez les jeunes arbres (jusqu'à 20-30 ans) puis devient sombre, épaisse et densément fissurée en plaques rectangulaires ou hexagonales (crevasses verticales à fond rosé et fentes horizontales moins profondes)3. Le tronc droit peut atteindre 3 m de diamètre. Il tend à être très haut et bien régulier en forêt, tandis qu'il est souvent gros et court à découvert dans les campagnes et les villages (d'autant plus qu'il a généralement été exploité en têtard dans le passé, ce qui n'est pas toujours visible lorsque il est abandonné depuis très longtemps)

Quercus robur est une espèce ubiquiste eurocaucasienne, répartie dans les climats océanique, sub-océanique et les climats continentaux assez modérés et humides. Le chêne pédonculé est très commun dans les plaines de toute la France, de Suisse et de Belgique, sauf dans la région méditerranéenne où il est très rare.
C'est essentiellement un arbre de l'étage collinéen (plaines et collines) et de la base de l'étage montagnard, il ne monte pas au-delà de 1300 m d'altitude.

C'est en France et en Europe l'espèce de chêne la plus adaptée aux zones humides et à la forêt inondable. Le chêne pédonculé adulte supporte l'inondation19, de même que ses glands (ce qui n'est pas le cas de ceux du chêne sessile20). Des études ont porté en France sur les réactions de différentes espèces de chênes face à l'ennoyage21, avec recherche « de marqueurs physiologiques de tolérance à l’ennoyage »22.

C'est une espèce pionnière qu'on rencontre couramment dans les friches et accrus, les haies.
Elle est anciennement cultivée dans les campagnes: le chêne pédonculé était autrefois massivement planté dans les bocages et taillés en têtard et en émondes pour fournir du bois de feu

Floraison : de mai à juin
Sexualité : monoïque
Pollinisation : anémogame
Dissémination : endozoochore, dyszoochore

Chêne sessile

C'est un grand arbre de 20 à plus de 40 mètres de haut, à feuillage caduc. Il a une longévité maximale de plus de 500 ans, parfois jusque 1 000 ans. Il fructifie à partir de l'âge de 60 ans. C'est une espèce monoïque pollinisée par les insectes. La floraison et la libération du pollen ont lieu généralement à la mi-mai en France. Les graines (glands) sont dispersée par les animaux. C'est une espèce postpionnière.


C'est une espèce de l'étage collinéen et à la base de l'étage montagnard, elle peut monter jusqu'à 1 600 mètres d'altitude.
C'est une espèce de demi-ombre, qui tolère mieux un ombrage partiel dans son jeune age et la concurrence forestière entre les arbres comparé au chêne pédonculé, mais moins que le hêtre.
C'est une espèce d'assez large amplitude pour la texture du sol: sables, limons, argiles de décarbonatation, plus ou moins caillouteux, mais elle est à son optimum sur des sols filtrants, épais, légèrement acides : limons ou sables.
Il accepte des humus très variés et plus ou moins riches ou pauvres en éléments nutritifs, depuis le mull carbonaté jusqu'aux mor acide, mais les gélivures sont fréquentes sur les dysmoder.
En ce qui concerne l'humidité du sol, il préfère les sols mésoxérophiles (moyennement secs), mésophiles (ni secs ni très humides) à frais (moyennement humides). Le chêne sessile tolère relativement bien les sécheresses estivales, mieux que son cousin le chêne pédonculé. Il est tolérant avec les sols à pseudogley (nappe proche de la surface) mais il tolère moins bien les sols trop humides et l’ennoiement que le chêne pédonculé.

C'est avant tout une espèce forestière, moins abondante dans les campagnes que le chêne pédonculé. On rencontre le chêne sessile en vastes peuplements purs ou mélangés avec d'autres essences, notamment avec le chêne pédonculé, le hêtre, le charme, le pin sylvestre ou encore le tilleul à petites feuilles, le bouleau verruqueux et le châtaignier.

Cognassier

Cousin du pommier et du poirier, le cognassier forme comme eux des fruits à pépins, les coings. Les fruits immatures sont verts et cotonneux en surface. La plupart des variétés perdent ce voile cotonneux avant la fin de l'automne lorsque le fruit change de couleur et devient jaune doré à maturité.

Le cognassier est rustique et nécessite une période de froid (au-dessous de 7 °C) pour fleurir correctement. L'arbre est autofertile toutefois le rendement sera amélioré par une fécondation croisée.
La maturité complète du coing demande un climat à longue période de chaleur (Portugal, Grèce...). Il peut alors être consommé cru.

En France, il s'est naturalisé surtout dans le Midi où on le trouve dans les haies et sur le bord des cours d'eau. Il est cultivé dans de nombreuses régions tempérées du monde.

Écologie : Haies et bords des cours d'eau, surtout dans le Midi, où il n'est que naturalisé, ainsi que probablement dans l'Europe méridionale.
Répartition : Indigène dans l'Asie Mineure, le Caucase et la région Caspienne.
Floraison : mai
Fructification : septembre
Usages : Cultivé partout pour ses fruits, coings, dont les usages domestiques sont bien connus.

Cornouiller mâle

Le cornouiller mâle est un arbre rustique mesurant jusqu'à 12 m de haut et appréciant les sols calcaires. Sa longévité est supérieure à 100 ans jusqu'à 300 ans. Il rejette de souche et drageonne. Il peuple les forêts claires, les lisières, fruticées, haies, taillis.

Le cornouiller apprécie les sols frais et calcaires. Selon une autre source, il préfère les sols secs et bien drainés4.
Il supporte bien la taille et peut être formé en haie.
La fructification est sujette à l'alternance.
Il se propage habituellement par marcottage ou bouture à talon en automne. Le semis peut nécessiter deux ans avant de lever puis 8 à 10 ans avant de fructifier, et ne garantit pas la fidélité au fruit d'origine.

L'espèce est utile à la faune car lièvres et cerfs apprécient son feuillage, tout comme les abeilles apprécient ses fleurs précoces à la fin de l'hiver, et les oiseaux ses fruits en été.

Cornouiller sanguin

C. sanguinea est un arbuste mesurant de 1 à 5 m. Houppier pouvant mesurer jusqu'à 4 m de large. Il doit son nom à la teinte rouge sang de ses feuilles à la fin de l'été. Les jeunes branches exposées à la lumière du soleil prennent également une couleur rouge brillant. L'écorce est brun verdâtre à gris verdâtre du côté se trouvant à l'ombre , rouge strié de gris du côté exposé au soleil. Ce phénomène est dû à la présence d'un pigment de la famille des anthocyanes

Monoïque, l'arbuste est pollinisé par entomogamie, c'est-à-dire à l'aide d'insectes pollinisateurs. Les fleurs blanches forment un corymbe. Le fruit est une drupe pourpre foncé à noir, de forme globuleuse, contenant un noyau. Elle n'est pas comestible, contrairement au fruit du cornouiller mâle, rouge foncé et de forme plus allongée.

C'est l'un des arbustes parfois dominants des haies ou des broussailles sur sol calcaire, dans toute l'Europe tempérée. Il craint les sols saturés en eau et le sel.

Écologie : Bois et haies, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Europe ; Sibérie, Altaï, Himalaya, Japon.
Floraison : mai-juin
Fructification : septembre-octobre
Usages : Le bois, dur et souple, sert aux ouvrages de vannerie. Les fruits fournissent une huile bonne pour l'éclairage.

Eglantier

Cet églantier est un arbrisseau pouvant atteindre trois mètres de haut, à tiges dressées, arquées, munies d'aiguillons recourbés. Elles sont munies de stipules développés.

On le trouve dans les haies et les bois surtout en plaine. C'est une espèce de rosier botanique présentant de nombreux écotypes, toujours à fleurs simples. Il est utilisé comme porte-greffe pour des variétés de roses améliorées. Certains de ses hybrides sont des rosiers cultivés.

Les épines sont très agressives. Le cynorrhodon est très riche en sucres et en vitamine C. On en fait des confitures. Les fruits (akènes) et les poils contenus à l’intérieur du cynorrhodon ont un effet très irritant au niveau de la peau et de la muqueuses. Leur contact provoque des démangeaisons insupportables (utilisation comme poil à gratter) et leur ingestion provoque un prurit anal très important (d’où le nom de gratte-cul). C'est à cause de ce fort pouvoir irritant qu'on classe parfois les cynorrhodons dans les fruits faiblement toxiques.

- fruit gros, presque toujours lisse. Varie à feuilles plus ou moins pubescentes (Rosa dumetorum Thuill.).
Écologie Région de la plaine et des basses montagnes, dans toute la France et en Corse.
Répartition Europe, Asie occidentale, Afrique septentrionale.
Floraison Mai-juillet.

Erable champêtre

C'est un arbre pouvant atteindre 10 mètres à écorce gris pâle, fissurée, à petites feuilles caduques simples à plusieurs lobes arrondis, à fleurs verdâtres apparaissant avant les feuilles. Les fruits sont des samares doubles (disamares) à ailes horizontales. Il est commun dans toute l'Europe depuis le sud de la Suède. C'est le seul érable indigène du sud de l'Angleterre et il est naturalisé en Irlande.

Les rameaux des jeunes arbres présentent souvent une écorce liégeuse particulièrement côtelée, isolante, cannelée et apte à faire des perchoirs pour les gallinacées pondeuses d'où le nom populaire de bois de poules

Écologie :Haies, bois, côteaux, dans toute la France.
Répartition : Presque toute l'Europe ; Asie occidentale ; Algérie.
Floraison : mai Fructification septembre

Erable plane

C'est un grand arbre à tige élancée, pouvant atteindre 20 m à 30 m de haut et un diamètre d'environ 8 à 9 m (à 1,8 m de hauteur au-dessus du sol). Le diamètre de son tronc peut atteindre 1 m. Sa durée de vie peut atteindre 200 ans. L'écorce est brune, et présente de nombreuses crevasses longitudinales peu marquées. Ce caractère permet de le distinguer du sycomore dont l'écorce grisâtre se détache en larges plaques.

Cet arbre, de croissance très rapide pendant les premières années, rejette facilement de souche quand il est coupé. C'est une essence de lumière préférant des sols riches et pas trop acides. Il aime les sols profonds, frais à humides, calcaires et une atmosphère humide. On le rencontre en général en peuplements disséminés au milieu des autres espèces. Il atteint ses plus belles proportions dans les forêts de feuillus où le chêne, le tilleul et l'orme sont dominants1.

Écologie : Bois des montagnes, ça et là, dans presque toute la France. Souvent planté.
Répartition : Presque toute l'Europe ; Caucase.
Floraison. avril-mai,
Fructification : septembre.

Erable sycomore

Il s'agit d'un arbre à croissance rapide les premières années, et qui rejette facilement de souche quand il est coupé. L'érable sycomore ne doit pas être confondu avec l’espèce voisine Acer platanoides, érable plane ou érable platane dont le bout des feuilles est plus acéré.

L'érable sycomore est un grand arbre à tige élancée, pouvant atteindre 35 m à 40 m de haut et un diamètre de 3,5 m (à 1,5 m de hauteur au-dessus du sol). Sa durée de vie peut atteindre les 500 ans.

L’écorce est d’abord lisse et gris jaunâtre, puis gris rougeâtre et de plus en plus foncée sur les arbres âgés où elle se détache en s’écaillant en larges plaques, ce qui différencie cette espèce de l'espèce proche Acer platanoides (érable plane).

C'est une essence de lumière, préférant des sols riches et plutôt calcaires. On le rencontre en général en peuplements disséminés au milieu des autres espèces ; c’est notamment un compagnon du hêtre et du sapin.

Par ailleurs, s'il résiste plutôt bien aux tempêtes, comme le hêtre qu'il accompagne souvent, il est sensible au manque d'eau et à la forte chaleur, et donc au risque climatique.
Avide de lumière, il est relativement sensible à la concurrence (qui est aussi un facteur positif de sélection naturelle), ainsi qu'aux brutales mise en lumière latérale qui provoquent d'abondants gourmands, pouvant éventuellement déséquilibrer ou déformer l'arbre ou affecter la régularité des cernes).

Écologie : Bois des montagnes, dans presque toute la France et en Corse. Très souvent planté.
Répartition : Europe, surtout centrale ; Caucase et Arménie.
Floraison : mai
Fructification : septembre

Framboisier

Le framboisier est un arbrisseau et aussi un arbre sous forme de plante à tiges dressées, cylindriques pouvant atteindre 1,5 à 2 m de haut. Ces tiges sont bisannuelles et meurent la deuxième année après fructification. La souche drageonnante, vivace, émet de nouvelles tiges chaque année. Les tiges sont armées d'aiguillons peu piquants.

Le framboisier est une espèce originaire d'Europe et d'Asie tempérée (de la Turquie à la Chine et au Japon). D'autres espèces de Rubus originaires d'Europe, d'Asie, ou d'Amérique sont très proches de Rubus idaeus et sont couramment appelés framboisiers. Son habitat naturel se situe surtout dans les sous-bois montagneux, généralement en dessous de 1 500 m, mais on la trouve aussi en plaine.

Dans son milieu naturel, on observe que le framboisier est souvent associé à d'autres plantes telles que le hêtre, le sorbier ou le sureau. Ces plantes ont en commun un certain nombre de champignons mycorhiziens, de parasites et de faune auxiliaire qui leur permettent de se soutenir mutuellement. Les framboisiers poussant dans ces conditions montrent souvent une meilleures résistance aux maladies. En culture, il est possible que l'épandage de BRF incluant ces essences puisse renforcer leur résistance.

Le framboisier est très cultivé et souvent naturalisé dans les pays tempérés.

La culture du framboisier semble remonter à la fin du Moyen Âge.

Il se trouve mieux à mi-ombre qu'en plein soleil.

La production atteint son niveau normal la troisième année. La plantation peut durer plusieurs années, environ 10 ans.

Frêne commun

Le frêne élevé est un grand arbre, jusqu'à 70 m de hauteur, à tronc droit à écorce lisse et grisâtre, se crevassant avec l'âge. Le bois est assez dur, tenace, élastique, couleur blanc nacré, sans aubier distinct.

Cette essence de lumière, à croissance rapide (10 m en 20 ans au stade juvénile) , est très résistante au froid ; elle craint cependant les gelées tardives, qui peuvent tuer les bourgeons terminaux.

C'est un post-pionnier nomade. Il rejette de souche et drageonne parfois. Son couver est léger.

En forêt, le Frêne élevé se trouve souvent en mélange, par exemple avec l'aulne glutineux (Aulnaie-Frênaie), avec le chêne pédonculé ou autres arbres à feuilles caduques. En plaine, c'est le compagnon du chêne surtout pédonculé, du hêtre et du charme. En montagne, il se mêle au hêtre et au sapin.

Écologie : Bois, haies, ravins, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Floraison : avril-mai
Fructification :
Usages : Le bois de Frêne, dur et tenace, est très estime ; les feuilles, qui attirent les cantharides au printemps, fournissent on automne un excellent fourrage pour les bestiaux.

Fusain d'Europe

C'est un arbuste commun en France, pouvant mesurer de 3 à 8 mètres, tiges dressées, ramifiées, vert mat, presque quadrangulaires (souvent marquées de 4 crêtes blanchâtres plus ou moins liégeuses) aux feuilles opposées, aux feuilles finement dentées, aux petites fleurs vert-jaunâtre. Cet arbuste est surtout remarquable par ses fruits à l'automne, des capsules roses laissant voir à maturité des graines orange, ou capsules rose vif laissant voir des graines rouges brillantes. La graine est en fait entièrement enveloppée d'une arille, qui lui donne sa couleur. Leur aspect les a fait surnommer « bonnets d'évêque ». À l'automne, son feuillage se colore partiellement en rouge, parfois vif, ce qui en fait une plante très appréciée dans les haies pour son aspect décoratif.

Il a une croissance rapide, mais une faible longévité1.

Il est commun partout sauf en méditerranée.

Espèce héliophile ou mi-ombre.

On le trouve dans les haies, les lisières, les bois, fruticée, les hêtraies.

Il se multiplie facilement par semis, bouture, marcotte.

Écologie : Haies et bois, dans presque toute la France et en Corse.
Répartition : Europe, jusqu'à la Suède ; Asie occidentale.
Floraison : avril-mai
Fructification : septembre-octobre,
Usages : Le bois, carbonisé en vase clos, donne le fusain à dessiner ; les fruits, âcres, purgatifs, émétiques, servent à détruire la vermine.

Genêt à balais

Le Genêt à balais est une espèce à faible longévité (10-15 ans) qui atteint une hauteur de 1 à 3 m, rarement 4 m. Calcifuge et assez exigeant au sujet de la fertilité du sol, il colonise les sols dépourvus de végétation protectrice ou compétitive, ce qui permet au jeune plant d'adapter sa physiologie aux espaces découverts, se traduisant par un enracinement profondément pivotant qui lui assure et une meilleure résistance aux vents.

Le Genêt à balais est une espèce méditerranéo-atlantique thermophile. Originaire du nord-ouest de l'Europe, il a été largement introduit sur d'autres continents. Il est présent généralement sur des sols sableux ou limoneux, en plaine, dans les terrains incultes ou les zones déboisées parfois en compagnie de la bruyère. C'est le plus rustique des genêts, tolérant des froids jusqu'à −25 °C. Sur le Massif armoricain, il se cantonne préférentiellement aux landes hygrophiles intérieures ou littorales au sud de la Loire.

Griotte de Scharbeek

Très ancienne variété de griotte répandue dans le Brabant et en particulier dans le ‘Payottenland’. Les fruits se présentent par grappes, ils sont de taille moyenne, d’un rouge très foncé, le jus est très coloré, acidulé-sucré. Elle peut se manger crue mais son excellent arôme s’exprime pleinement lors de préparations culinaires telles confitures, compotes, jus,…

Griotte de Scharbeek

Très ancienne variété de griotte répandue dans le Brabant et en particulier dans le ‘Payottenland’. Les fruits se présentent par grappes, ils sont de taille moyenne, d’un rouge très foncé, le jus est très coloré, acidulé-sucré. Elle peut se manger crue mais son excellent arôme s’exprime pleinement lors de préparations culinaires telles confitures, compotes, jus,…

Griottier

Le Prunus cerasus est un petit arbre, dépassant rarement 8 mètres de haut, à la différence du merisier qui peut atteindre 20 mètres. Il drageonne facilement. À l'état sauvage, c'est un arbrisseau très drageonnant, formant des buissons dans les haies et sur les talus1. Ses branches plus faibles que celles du merisier, sont étalées ou pendantes.

Le pétiole de 1-2 cm de long est beaucoup plus court que celui du merisier qui fait 2-7 cm. Il porte ou non des nectaires. Le limbe elliptique, de 5-8 cm × 3-5 cm, a des marges finement biserrulées.

Les fleurs sont groupées en ombelles de 2-4 fleurs, apparaissent au début de la feuillaison. Elles sont blanches et font 2 - 2,5 cm de diamètre. À la différence des cerisiers doux, elles sont autogames. La floraison a lieu en avril-mai.

Le fruit est une drupe, de couleur rouge vif à noire et brillante, de 1,2 - 1,5 cm de diamètre, très juteux, de saveur acidulée convenant pour les confitures et les conserves à l'eau de vie.

Groseillier rouge

- . Sous-arbrisseau de 1 m. à 1,5 m, non épineux, hermaphrodite

Le Groseillier à grappes (Ribes rubrum) est une espèce du genre Ribes, de la famille des Grossulariaceae qui produit des baies (groseilles) très appréciées des oiseaux


  • Période de floraison : mars, avril
  • Couleur des fleurs : jaune-vert
  • Exposition : soleil, mi-ombre
  • Type de sol : ordinaire, riche en humus, bien drainé
  • Utilisation : jardin fruitier
  • Hauteur : 150 cm
  • Type de plante : arbuste fruitier
  • Type de végétation : vivace
  • Type de feuillage : caduc
  • Rusticité : rustique
  • Toxicité : fruits comestibles

Groseillier à maquereaux

Cet arbuste fruitier rustique à feuillage caduc et à rameaux plus ou moins épineux atteint 50 à 150 cm de haut.

  • Période de floraison : printemps
  • Couleur des fleurs : blanc
  • Exposition : soleil, mi-ombre
  • Type de sol : ordinaire
  • Utilisation : jardin fruitier

Ces groseilles doivent leur nom au fait que leur jus peut servir d'assaisonnement aux plats à base de maquereaux. Il peut également aciduler les sauces. Ces arbustes ressemblent aux groseilliers classiques (Ribes rubrum, groseillier à grappes ou Ribes nigrum, cassissier) avec des feuilles un peu plus grandes et de fines épines aux branches.

La véritable différence se fait au niveau des fruits, qui ne sont pas en grappes mais individuels, ovales ou ronds mais bien plus gros. De la taille d'une cerise à eau-de-vie, la groseille à maquereau garde le goût caractéristique acidulé des groseilles en grappes.

Les fruits de certaines variétés atteignent la taille d'un œuf de pigeon.

Houx

C'est une espèce de sous-bois assez commune en Europe jusqu'à 1 500 m d'altitude. Les rameaux couverts de drupes qui persistent tout l'hiver sont recherchés au moment des fêtes de Noël, et son feuillage persistant lui vaut d'être considéré comme une des plantes du nouvel an avec le buis, le laurier, l'if, le lierre, le genévrier et l'ajonc.

Le houx commun est un arbuste à croissance très lente, à port buissonneux, dont la taille adulte est généralement de quatre à six mètres. Certains pieds peuvent former de véritables arbres. Il existe en forêt de L'Isle-Adam (Val-d'Oise) un houx colonnaire de 18 m de haut. Le houx peut vivre jusqu'à 300 ans et au-delà. Son écorce est gris pâle et lisse.

Les fruits, qui n'apparaissent que sur les pieds femelles, sont de petites drupes sphériques de 7 à 10 mm de diamètre, d'un rouge éclatant, parfois jaunes, à maturité, qui contiennent quatre noyaux, enserrant une graine lignifiée. Ces fruits qui murissent en fin d'été sont toxiques3. Ils persistent tout l'hiver.

C'est une espèce de sous-bois, qui croît en plaine et en montagne, jusqu'à 1 500 m d'altitude voire plus dans les régions les plus méridionales de son aire d'expansion. On la trouve surtout en terrains acides, plutôt dans des stations fraîches, mais se plaît aussi dans les terres calcaires pourvu que le degré hygrométrique de l'air soit suffisant. Ne supporte pas les situations trop froides.

Lorsqu'il est en situation favorable, le houx se marcotte facilement et peut devenir envahissant. Il rejette également bien de souche.

Écologie : Haies et bois, dans presque toute la France et en Corse ; rare dans la région méditerranéenne.
Répartition : Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Floraison : mai-juin Fructification septembre-octobre
Usages : Le bois est très estimé des ébénistes ; la seconde écorce sert à préparer la glue des oiseleurs. Les racines sont émollientes et résolutives, et les fruits violemment purgatifs.

Hêtre commun

C'est une essence bioindicatrice d'un climat tempéré humide. Les forestiers en pratiquent de longue date la sylviculture pour produire du bois de futaie principalement destiné à l'ameublement. Il est également utilisé comme source de bois de chauffage, surtout en zone de montagne, et pour fabriquer les sabots.

Le hêtre commun est un grand arbre. Sur les sols de bonne fertilité, il peut s'élever facilement jusqu'à 25 à 35 m de hauteur et la circonférence de son tronc peut couramment atteindre 1,80 m chez des hêtres centenaires. Des sujets exceptionnels ont été mesurés jusqu'à 45,5 m de hauteur et on a répertorié certains troncs dont le tour dépasse les 6 m. Inversement, lorsqu'il croît en lisière haute des forêts de montagne et que de plus il est régulièrement brouté par le bétail ou par les cervidés, il peut alors rester prostré à hauteur d'homme.

Peu difficile quant à la nature du sol, le hêtre affectionne des terrains calcaires ou légèrement acides. Il peut s'accommoder de sols superficiels. Ainsi, le trouve-t-on plus volontiers à flanc de coteau qu'au fond d'une cuvette argileuse.
Il résiste bien aux froids rigoureux en hiver, mais il est très sensible aux gelées de printemps.

L'aire naturelle du hêtre commun s'étend sur la plus grande partie de l'Europe.

On trouve le hêtre au nord jusque dans les parties méridionales de la Suède. Les peuplements naturels les plus nordiques seraient ceux situés près de Bergen, en Norvège.

Écologie : Bois humides, dans toute la France, excepté la plaine méditerranéenne ; Corse.
Répartition : Europe tempérée ; Asie Mineure, Caucase, Perse.
Floraison : avril-mai
Fructification : Août-septembre
Usages : Le bois, très employé dans le charronnage, sert surtout de combustible. La faîne est recherchée par les animaux : elle contient une huile grasse comestible et très propre à l'éclairage.

La Paix

Pomme de taille moyenne, allongée, très colorée de rouge, acidulée, lisse, aromatique et très sucrée. Octobre et novembre, fertile, excellente à croquer. À cultiver quasi uniquement en buisson.

Merisier

Avec le cerisier acide (Prunus cerasus), c'est l'une des deux espèces de cerisiers sauvages à l'origine des variétés actuellement cultivées.

Le genre Prunus est composé de nombreuses essences, qu'il est parfois difficile de différencier.
Le merisier est un grand arbre à fût droit et cylindrique, à croissance très rapide, qui atteint 15 à 25 m de haut et 0,60 m de diamètre. Il vit environ 100 ans et est très exigeant en lumière.
Son écorce fine a tendance à s'exfolier en lanières horizontales. Les jeunes rameaux sont brun-rouge, brillants.

Le merisier croît spontanément dans toute l'Europe, dans le Caucase et l'Asie occidentale (Afghanistan, Iran, Turquie).
Il est cultivé pour ses fruits ou son bois dans toutes les régions tempérées du monde.

Naturellement peu abondant et dispersé en forêt, cet arbre n'est pas une essence pionnière.

Il nécessite donc pour s'épanouir une ambiance et un micro-climat forestier. Il est néanmoins de plus en plus planté en population mixte, voire en rangs, nécessitant alors une protection impérative les premières années, car groupé, il devient très appétant pour les chevreuils et plus sensible aux chancres bactériens, ou à la cylindrosporiose, ou à certaines attaques d'insectes.

Myrobolan

Le Prunier myrobolan est un arbuste de 5 à 15 mètres de hauteur.
Ses feuilles caduques de 4-6 cm de long sont vert brillant sur le dessus et mat au revers (pourpre foncé pour la forme Pissardii).
Le myrobolan est l'un des premiers arbres européens à fleurs au printemps, souvent à partir de la mi-février. Les fleurs à cinq pétales sont blanches et mesurent environ 2 cm de diamètre.

Cette prune est comestible quoiqu'un peu aigre, aqueuse et fade. Elle arrive à maturité à partir de début juillet et jusqu'à la mi-septembre.

Noisetier

Son fruit s'appelle la noisette. Les noisettes sont particulièrement appréciées de nombreux rongeurs (dont l'écureuil qui les stocke pour l'hiver) et de certains ours. Le noisetier est un arbuste forestier (la noisette pouvant alors être considérée comme un produit forestier non ligneux), mais il est cultivé hors des forêts.

C'est une espèce typique des fruticées (où il est alors dominant en phase finale d'évolution) et forêts mixtes ou feuillues (alors en sous-bois assez bien éclairé ou en lisières et clairières forestières). Il apprécie les sols riches.

Le vent, la pluie, une sécheresse et/ou une gelée tardive ou un sol inadapté peuvent affecter la production, de même que le parasitisme (ex : l'acarien Eriophyes avellanae et/ou le coléoptère Balandius nucum qui peut attaquer les graines mais aussi les feuilles et jeunes pousses) ou certaines phytopathologies. Des haies brise-vent et la présence de prédateurs des parasites peuvent favoriser la production.

Écologie : Bois et ravins, dans presque toute la France ; rare dans la région méditerranéenne.
Répartition : Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Floraison : janvier-mars
Fructification : septembre
Usages : On cultive le C. grandis Dryand., simple race remarquable par ses gros fruits qu'on livre au commerce.

Noyer commun

Les noyers sont des arbres à croissance rapide pouvant atteindre 20 à 25 m. Leur écorce est gris-clair. Leurs feuilles, assez grandes, sont composées, imparipennées et penninerves. Leurs fleurs mâles de cette espèce monoïque sont regroupées en chatons pendants alors que les fleurs femelles sont généralement disposées par paires à l'extrémité des rameaux. Les fruits sont des drupes contenant une coquille (noyau) à l'intérieur de laquelle se trouve une amande réticulée. Les fruits sont mûrs à l'automne. C'est le risque de gelée printanière qui fixe la limite nord de leur aire d'extension.

Dans les noix, ce sont principalement les amandes, appelées cerneaux, qui sont consommées fraîches ou en tant que fruit sec. Elles sont aussi triturées pour obtenir une huile alimentaire, l'huile de noix.

Le noyer commun peut pousser jusqu'à 1 000 m d'altitude en zone tempérée, mais il lui faut un emplacement à l'abri des vents forts. Il est rustique jusqu'à −30 °C. Il tolère les sols légèrement acides à calcaires alors que le noyer noir nécessite des terrains frais et légèrement acides.

Écologie Cultivé pour ses fruits et son bois, très estimé en ébénisterie.
Répartition Originaire de l'Europe orientale et de l'Asie tempérée.
Floraison avril-mai ; Fructification septembre-octobre

Néflier

C'est un arbuste ou un petit arbre à port assez étalé, de 5 à 6 m de haut, à tronc et rameaux tortueux et présentant une écorce écailleuse.

Le néflier est assez commun en Belgique et en France, ainsi que dans la région méditerranéenne

Espèce peu exigeante quant au sol, elle craint cependant l'excès d'humidité. Très rustique, elle supporte les fortes gelées, en dessous de −20 °C, cependant les fruits peuvent en pâtir, et nécessite de la chaleur pour la maturation de ses fruits.

La récolte des fruits intervient assez tard, généralement en octobre , après les premières gelées. Les fruits doivent être conservés plusieurs semaines dans un local aéré, jusqu'à l'amollissement ou blettissement de la pulpe qui les rend consommables. Il supporte mal la taille annuelle car n'ayant qu'une fleur à chaque extrémité des jeunes rameaux, couper fait perdre la récolte sur cette brindille ; un élagage tous les dix ans est considéré suffisant.

Écologie : Haies et bois, çà et là clans presque toute la France, où il n'est peut-être que naturalisé, ainsi que dans l'Europe centrale et méridionale.
Répartition : Indigène dans la Grèce, la Thrace, la région du Caucase et la Perse.
Floraison : mai Fructification octobre-novembre
Usages : Cultivé pour ses fruits doux et comestibles quand ils sont blets ; feuilles astringentes ; bois dur, flexible, très propre à faire des manches de fouet.

Orme champêtre

L’Orme champêtre, l’Ormeau ou le Petit Orme (Ulmus minor) est une espèce d'arbres à feuilles caduques de la famille des ulmacées. Il est parfois appelé Ipréau, Orme cilié ou Yvet.

Il s'agit d'une espèce communément établie à des altitudes modestes sur des sols calcaires et secs, souvent à l'état subspontané.

Peuplier noir

Le Peuplier noir est un grand arbre pouvant atteindre 30 à 35 m de hauteur1 et dont la longévité est importante (200 ans, voire jusqu'à environ 400 ans pour les spécimens les plus âgés). Les formes varient beaucoup selon le contexte, en particulier selon que l'arbre ait poussé seul et isolé ou dans une haie, un boisement (troncs plus longs et droits) ou une ripisylve (dans ces derniers cas, il est plus élancé, avec des branches plus longues cherchant la lumière).

C’est une espèce exigeante en sols frais et humides, eau bien oxygénée et en lumière, que l’on retrouve aussi bien à faible altitude (niveau de la mer) que sur les reliefs. Bien que ce peuplier soit typique des forêts de bois tendres, on peut le retrouver dans des forêts de bois durs, peut-être relique d’un stade pionnier passé. Il apprécie les bords de cours d'eau éventuellement à fort débits et méandres (ex : la loire).

Les graines de cette espèce pionnière sont pauvres en réserves et ont une durée de vie plutôt courte, ce qui peut rendre l'espèce vulnérable à l'insularisation écologique ou à la fragmentation écopaysagère.
Elles colonisent des sols riches et dénués de végétation tel que les grèves et bancs de sable humides abandonnés par l'eau durant l'été, en compagnie d'autres essences de bois tendre, comme les saules.
Dans de bonnes conditions4 (soleil, sol riche, humidité) L'arbre pousse vite, avec de larges cernes de croissances, mais avec un houppier relativement sensible à la casse en cas de tempêtes.
Outre par fécondation croisée, le peuplier noir se reproduit et propage aussi par voie asexuée, surtout lors de perturbations soutenues, grâce à des drageons.
Comme d'autres peupliers, il est parfois parasité par le gui.

C'est une espèce caractéristique des ripisylves arborescentes ourlant les berges alluvionnaires d'un certain nombre de cours d'eau, en évolution dynamique.

Peuplier tremble

Arbre au port étalé à croissance vigoureuse, de taille moyenne, de 20 à 30 m de haut. Le système racinaire est traçant.

Floraison vers mars-avril (avant l'apparition des feuilles).
Arbre de croissance rapide, à longévité limitée de 70 à 80 ans. C'est une essence de pleine lumière, qui se trouve disséminé dans les espaces libres : coupes, clairières, lisières des bois. Ne forme pas de peuplements denses, mais des bouquets, car il drageonne beaucoup. C'est une espèce pionnière, pouvant pousser sur des terres brûlées.
Préfère les sols frais et bien drainés.
Exigences trophiques : large amplitude trophique, moyennement acide à neutrocline.

Écologie : Bois humides, dans presque toute la France ; Corse.
Répartition : Europe ; Asie tempérée ; Afrique septentrionale.
Floraison : Mars-avril. .
Usages : S'hybride avec le suivant pour produire P. canescens Smith, qui est assez souvent planté.

Poirier commun

Le poirier cultivé est un arbre originaire des régions tempérées d'Europe et d' Asie1. De taille moyenne, il peut atteindre dix à vingt mètres de haut et vivre jusqu'à 300 ans. Il est cultivé et naturalisé dans tous les continents.

Les fleurs qui apparaissent en avril-mai sont blanches et groupées en corymbes.

Écologie : Haies et bois des plaines et des basses montagnes, dans toute la France ; plus rare dans la région méditerranéenne. = Europe jusqu'à la Suède ; Asie occidentale.
Floraison : avril-mai
Fructification : septembre.

Poirier sauvage

Arbre de développement limité à 11−15 mètres de hauteur, à cime pyramidale. Écorce fissurée et écailleuse. Présence d'épines sur les rameaux (ce qui le différencie du Pommier sauvage). Feuilles simples, dentées et pétiolées. Limbe ovale ou arrondi et luisant sur le dessus. Fleurs blanches hermaphrodites, très précoces donnant1 de petites poires âcres de 3 à 4 cm.

Pommier sauvage

Le pommier sauvage est un petit arbre, parfois un arbuste. Sa taille varie entre 10 et 20 m en hauteur. Sa croissance est moyenne voire lente surtout après l'âge de 20 ans1

Ses rameaux sont épineux ; ses feuilles tomenteuses (à poils courts et denses) à l'état jeune devenant glabres.
Il fleurit vers le mois de mai et ses pommes sont généralement petites (3 à 4 cm de diamètre) à saveur très âpre, sauf pour certaines variétés plus douces, qui peuvent être consommées sous forme de gelées ou de compotes.

C'est une espèce mésophile acidocline à neutrocline et héliophile1 qu'on trouve sous forme disséminée dans les bois et forêts en plaine et en montagne jusqu'à 1 500 m d'altitude.

Écologie : Haies et bois, çà et là dans presque toute la France ; rare dans la région méditerranéenne.
Répartition : Toute l'Europe tempérée.
Floraison : mai
Fructification : septembre-octobre
Usages : Ce Pommier, comme le précédent, sert de sujet pour la greffe.

Prune de Prince

Fruit de type mirabelle, petit,rond, bleu-noir, fin septembre, maturité étalée sur quinze jours, ferme et très sucré. Très bonne qualité pour la table et pour cuire, convient pour sécher. Très fertile, très rustique.

Prunellier

En raison de son caractère épineux et d'une forte tendance à drageonner, il est très utilisé pour former des haies infranchissables pour le bétail. Comme l'aubépine, il peut former une haie ou un taillis inextricable en quelques années. Ses fruits étant appréciés des oiseaux qui disséminent ses graines
C'est une espèce pionnière de pleine lumière qui tolère mal la concurrence.

Le prunellier est une plante vivace, jusqu'à -20 °C, pouvant mesurer de 0,50 à 6 mètres de haut. Ses rameaux très épineux portent une écorce noirâtre, par opposition à celle de l'épine blanche (aubépine). Jeunes, ils sont pubescents. Les prunelliers forment des buissons très épineux, parfois difficilement pénétrables.

Le prunellier se reproduit par semis ou par multiplication végétative des drageons. Il supporte très bien la sécheresse mais ne s'épanouit véritablement que dans une terre profonde.

Écologie : Haies, bois, côteaux, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Presque toute l'Europe ; Asie occidentale ; Afrique septentrionale.
Floraison : avril
Fructification : septembre-décembre
Usages : Le Prunellier est souvent planté pour faire des haies. Ses fruits ou prunelles entrent dans la préparation d'une liqueur alcoolique.

Radoux

Variété du pays de Liège. Pomme de calibre moyen, très colorée de rouge vif. Octobre à décembre, très fertile, souvent alternante. Chair blanche sucrée-acidulée, à croquer jusque fin novembre.

Reinette de Wattripont

Cette variété ancienne et locale est reconnue pour la qualité de son jus.

Reinette Dubois

Ancienne variété belge du pays de Herve. Pomme sucrée-acidulée et de très bon goût se récoltant en mi-octobre.

Reinette Hernaut

Grosse pomme rouge vin, sur fond vert-jaune,lisse, parfois légèrement rugueuse. Bonne conservation: octobre à février. Très fertile. Chair très croquante, juteuse, acidulée-sucrée, très rafraîchissante ; également pour la tarte. Toutes formes d’arbres.

Saint Mathieu

Poire excellente. Typique de la plaine de la Scarpe et de la région de Lille. La récolte se réalise à la deuxième quinzaine de septembre.

Saule blanc

Le saule blanc est un grand arbre qui peut atteindre 25 m de haut. C'est une espèce pionnière, pouvant vivre une centaine d'années. Le tronc est droit et le houppier dressé, sauf quand l'arbre est étêté et taillé en têtard. Les jeunes rameaux sont d'un vert ou gris vert très pâle.

Le saule blanc est utilisé pour produire de l'osier. Il a pour cela longtemps été taillé en « têtard » afin de stimuler la production de jeunes rameaux souples. De nos jours, cette taille est plutôt motivée par des raisons de contrôle de la pousse des arbres. C'est également un arbre utilisé pour l'ornement des grandes villes, comme à Paris où la villa de la Saulaie prit son nom en raison des saules blancs qui y furent plantés.

Le bois était autrefois utilisé en menuiserie, emballage, allumettes etc. Il fournit un bois de sculpture, pouvant se tailler nettement dans tous les sens. Le bois de saule brûle rapidement donnant « un coup de feu » apprécié des boulangers.

Il préfère les sols frais et humides, notamment les zones alluvionnaires dans les basses vallées.

Écologie :Lieux humides, dans toute la France et en Corse.
Répartition : Europe ; Asie tempérée ; Afrique septentrionale ; introduit en Amérique.
Floraison : Avril-mai

Saule des vanniers

C'est un saule d'une hauteur de 3 à 6 m. Il tire son nom de l'utilisation de ses rameaux souples en vannerie sous le nom d'osier.

Saule fragile

Il tire son nom de la fragilité de ses rameaux qui sont très cassants.
Cet arbre dont la taille varie de moyenne à grande peut atteindre de 10 à 20 mètres de hauteur avec un tronc pouvant mesurer un mètre de diamètre, souvent multi-troncs, avec une couronne irrégulière souvent inclinée. L'écorce est sombre, grise-brunâtre, crevassée sur les vieux sujets. Il croît rapidement.

À la fin du printemps, les graines, enrobées d'un duvet cotonneux, sont disséminées par le vent et les eaux courantes et germent immédiatement au contact d'un sol humide.

Il s’accommode mal des terrains calcaires. On le rencontre dans le voisinage des lieux habités. Il se trouve habituellement près des rivières et des cours d'eau, des mares et des fossés, dans les prairies humides.

Écologie : Bords des eaux, dans presque toute la France ; Corse.
Répartition : Europe ; Asie centrale et boréale ; introduit en Amérique.
Floraison : Avril-mai.

Saule marsault

C'est une espèce pionnière à croissance rapide et à faible longévité (60 ans).

C'est un arbrisseau, arbuste ou un petit arbre dioïque atteignant de 6 à 14 m , rarement 20 m (avec un tronc pouvant atteindre un mètre de diamètre) et rejetant facilement de la souche. Son houppier est en dôme et se répartit souvent sur plusieurs troncs. L'écorce du tronc est d'abord lisse et gris-vert puis devient gris clair et crevassée, avec souvent des fissures longitudinales et losangiques orange.

Le saule marsault est une espèce pionnière, souvent compagne des bouleaux, mais moins exclusivement liée aux sols humides que les autres espèces de saules.

Ce saule est réputé comme plante mellifère car ses potentiels nectarifères et pollinifères sont élevés (> 100 kg/ha). Sa floraison précoce constitue par ailleurs un atout supplémentaire, car les besoins alimentaires des colonies d'abeilles sont importants à cette période de l'année. Il fournit un miel jaune d'or, irisé de vert, qui prend ensuite des teintes brun clair à beige. Il est de saveur légèrement boisée et florale. C'est un miel relativement rare, produit principalement dans l'ouest de la France.

L'écorce du saule marsault, riche en tanin, est utilisée en tannerie ; elle contient, comme celle de tous les saules, de la salicyline voisine de l'aspirine.

Les feuilles sont utilisées comme ressource alimentaire par plusieurs espèces de lépidoptères, et sont aussi couramment consommées par différents mammifères.

Écologie : Lieux frais ou humides, dans presque toute la France ; nul dans la plaine méditerranéenne.
Répartition : Europe surtout centrale ; Asie centrale et boréale.
Floraison : Mars-avril.

Seigneur Esperen

Chair blanche, fine, fondante, très juteuse, très sucrée et absence d’acidité. Excellente poire de dessert d’automne. La récolte se réalise en mi-septembre.

Sorbier des oiseleurs

Ses fruits, les sorbes, sont des baies rouges orangées très appréciées par les oiseaux, notamment les grives.

L'arbre dépasse rarement 7 mètres. Il pousse dans les bois, les forêts et les haies, dans les landes et les lieux rocheux, souvent en altitude (en moyenne montagne), sur sol léger. Floraison en mai-juin, fruits à maturité à la fin de l'été. Ces fruits persistent longtemps sur l'arbre en hiver, ce qui lui donne un intérêt décoratif indéniable, et surtout constitue une réserve de nourriture pour les oiseaux. Il peut vivre 120 ans.

Arbre fréquent en zone rurale (il servait autrefois à attirer les grives en automne, d'où son nom) et de plus en plus fréquemment planté dans les jardins urbains ou l'on apprécie sa taille réduite qui le rend peu encombrant. Les noyaux contiennent des traces d'amygdaloside (hétéroside cyanogénétique). Les sorbes peuvent être consommées crues mais leur goût âpre et acidulé décourage la cueillette humaine. Frais et avant maturité les fruits sont gouteux : ils servent alors à préparer des gelées et des confitures. Ils sont astringents et peuvent servir, en décoction, de médicament naturel contre les enrouements et les extinctions de voix.

Écologie : Bois des montagnes, surtout siliceuses, dans une grande partie de la France ; nul dans la région méditerranéenne et clans l'ouest jusqu'au Morbihan ; Corse.
Répartition : Toute l'Europe jusqu'en Islande ; Asie occidentale et boréale ; Japon.
Floraison : mai-juillet ; Fructification septembre
Usages : cultivée comme arbre d'ornement ; les fruits, recherchés des oiseaux, sont employés par les oiseleurs pour appâter leurs pièges.

Sureau noir

Cet arbuste, à branches souvent courbées, d'une taille ordinairement de 4 à 5 mètres mais peut monter jusqu'a 8 mètres. Il est de croissance rapide, surtout dans les sols fertiles et frais. Il rejette de souche. Il est rustique. C'est une essence de lumière ou de demi-ombre. On le trouve sur un sol basique à neutre.

Le sureau noir est un arbuste très répandu. On le rencontre dans les bois clairs, les haies, les terrains vagues, les dunes littorales ou encore aux abords des habitations. Il est souvent planté. C'est un familier de l'homme depuis des millénaires. Il prospère notamment dans les friches, les décombres ou les remblais.

/ ! \ Ses fleurs et ses baies cuites sont comestibles, mais toutes les autres parties de la plante contiennent de l'oxalate de calcium et sont donc toxiques. Le fruit non mature contient également un alcaloïde toxique. Les baies crues consommées en forte quantité peuvent provoquer nausées et vomissements chez l'Homme. On doit interdire aux enfants de manger les baies. La cuisson détruit la toxine.

/ ! \ Le sureau noir peut être confondu avec le Sureau hièble (Sambucus ebulus) dont les baies peuvent être toxiques. Ce sont en effet deux plantes des campagnes européennes qui se ressemblent fortement. Le sureau hièble se différencie du sureau noir par le fait que :
  • Le sureau hièble est une vivace herbacée qui disparaît en hiver, le sureau noir est un arbuste ligneux.
  • la floraison de l'hièble est plus tardive, de juillet à août, alors que le sureau noir fleurit en mai-juin.
  • le sureau hièble tourne ses fruits vers le haut alors que le sureau noir les tourne vers le sol.
  • le sureau hièble ne dépasse pas 1,80 m de hauteur.

Les fleurs se cuisent en beignets. Les boutons conservés dans le vinaigre peuvent accommoder des salades. Les baies crues sont légèrement toxiques (vomitives, laxatives). Cuites, elles parfument les gâteaux aux pommes et sont consommées en jus, en gelée et en confiture. On en fait aussi du vin.
Les fruits sont utilisés comme colorant naturel, notamment pour les boissons et aliments.

Écologie : Bois, haies, ruisseaux, dans presque toute la France et en Corse.
Répartition : Europe ; Caucase et région pontique ; subspontané en Algérie.
Floraison : juin
Fructification : septembre
Usages : Les fleurs sont employées en infusion comme sudorifiques ; l'écorce et les baies sont purgatives.

Tilleul à grandes feuilles

Arbre de 20 à 35 m de haut, au tronc cylindrique, son écorce est grise d’abord lisse puis se fissurant finement avec l’âge. Ses grandes feuilles vertes, caduques, alternes, longues de 8 à 15 cm sont dissymétriques et terminées par un acumen leur donnant une forme de cœur : elles possèdent des poils blancs dessous..

L’arbre fleurit de juin à juillet et est pollinisé par les insectes. Les petites fleurs sont blanches à jaune pâle, groupées par trois ou quatre. Les fruits qui leur succèdent sont secs et durs, globuleux, disposés en bouquets.

Il apprécie un climat tempéré, l’ombre et la demi ombre des forêts de montagne. Il pousse sur sols neutres souvent sur roches calcaires en compagnie des chênes, érables et du hêtre.

Avec son écorce mise à rouir on fabriquait des cordes. C’est une plante mellifère donnant un miel de qualité. C’est la fleur de cette espèce qui est préférée pour faire des tisanes.

Son bois homogène de couleur variant du jaunâtre au rosâtre parfois veiné de vert est facile à travailler, tourner, scier et sculpter. Il est également utilisé comme arbre d’alignement

Écologie : Bois, dans les régions de l'Est et du Midi. Très fréquemment planté dans les allées et les promenades.
Répartition : Europe centrale et méridionale.
Floraison : juin-juillet
Fructification : octobre

Tilleul à petites feuilles

C'est une espèce de demi-ombre. Ce tilleul est à son optimum sur des sols riches en bases dont le pH est neutre à acide. Il est surtout mésophile : il apprécie les sols assez profonds avec des réserves en eau moyennes (limon, loess, argile), mais il se plait aussi sur des sols plus frais et les sols modérément secs. En région méditerranéenne, on le trouve plutôt en situation moyennement hygrophile. Il se développe mieux sur les sols meubles et aérés mais il se montre plus tolérant avec les sols humides ou compacts que le tilleul à grandes feuilles. Il est plus tolérant avec les sécheresses que le hêtre ou le chêne pédonculé, mais pas autant que le tilleul à grandes feuilles.

Il est répandu dans les chênaies-charmaies, en particulier en présence de calcaire dans le sous-sol, où il peut devenir l'essence dominante et former une tillaie. Il se trouve aussi dans les hêtraies-chênaie mésophiles et les forêts de ravins. Dans les régions plus sèches ou méridionales on le trouve également dans les forêts ripicoles.

Écologie : Bois, dans presque toute la France et en Corse. Souvent planté.
Répartition : Toute l'Europe, excepté l'extrême Nord ; Sibérie.
Floraison : juillet
Fructification : octobre

Transparente de Lesdain

Nouvelle variété issue des travaux de création variétale du CRA-W qui valorise nos anciennes variétés comme parents. Pomme de très bonne qualité ; croquante, ferme, sucrée-acidulée et d’un bon arôme. La récolte se réalise à la deuxième quinzaine de septembre.

Triomphe de Vienne

Poire très sucrée, agréablement parfumée. La récolte se réalise en septembre.

Troène commun

Le troène commun (Ligustrum vulgare) est un arbuste de la famille des Oléacées, très rameux, à feuillage semi-caduc, aux fleurs blanches très odorantes, à baies noires et qui est cultivé comme arbrisseau décoratif. Il est très employé pour faire des haies, en raison de sa rusticité, et du fait qu'il supporte très bien des tailles répétées plusieurs fois par an.

Son pollen peut être allergène pour certaines personnes qui y sont sensibles. Son fruit est toxique.

Il est répandu dans toute l'Europe, spontané ou issu de plantation. On le rencontre par exemple presque partout en France jusqu'à 1 200 m. Le troène supporte la mi-ombre, mais s'épanouit et fleurit le mieux dans les zones ensoleillées (essence héliophile) : lisière, forêts claires, clairières les haies, landes non acides ou prairies, sur des sols plutôt frais, humides, sans être engorgés.
Il semble préférer les terrains calcaires et riches. Il supporte bien le froid (- 17 °C en moyenne)

Ses rameaux effilés et flexibles étaient ou sont encore utilisés par les vanniers pour faire des liens, des claies et des paniers. Les tailles fraîches de jeunes rameaux peuvent être utilisées en BRF (Bois raméal fragmenté).

Son bois homogène, blanc, veiné de brun au cœur, serré, lourd et relativement durable est utilisé en tournerie (manche de couteau, bobines, chevilles). Il a été employé pour faire des perches de vigne (« & on en trouve souvent de huit & dix piés de longueur »). On en a fait du charbon de bois utilisé pour faire de la poudre à canon.

Viorne obier

Haute de un à 4 m, la viorne obier possède des feuilles lobées qui atteignent 5 à 11 cm de longueur.
Les fleurs blanches forment de mai à juillet de larges ombelles avec des fleurs centrales petites et fertiles et de grandes fleurs extérieures stériles.
Les fruits sont des baies rouges un peu malodorantes à maturité, considérées comme non comestibles, mais utilisées dans les médecines traditionnelles comme toni-cardiaques.

Wignon

Prune ovale de calibre moyen, rose-pourpre, 2ème quinzaine de septembre. Juteuse, très bonne qualité pour la table et pour cuire. Moyennement fertile, auto-fertile, peu à modérément sensible à la moniliose; variété locale de la région de Huy.
Adapté pour une haie libre
Adapté pour une haie taillée
Adapté en alignements d'arbres
Arbres fruitiers et petits fruits